Etiquette : Ethnologie


Lettres flamandes par Henry d’Ideville

Lettres flamandes
Auteur : Henry d’Ideville – fichier : pdf

Télécharger

Extrait

II est vrai que nous sommes en Flandre, et qu’ici, la colline qui sert d’assise à la petite cité flamande peut fort bien être classée au rang de montagne. — Tout est relatif en ce monde. Or. depuis Paris, nous n’avons point perdu de vue les plaines, plaines de Picardie, plaines d’Artois, plaines de Flandre, riches sans doute et fertiles, mais singulièrement monotones.Après ces horizons interminables, les yeux oui besoin de se reposer, de s’abaisser sur un premier plan. Une soif ardente de verdure, de collines boisées, de cours d’eau et de monticules s’empare du voyageur; voilà pourquoi nous saluons avec tant d’enthousiasme les hauteurs de Cassel, ses moulins à vent historiques et ses clochers qui dominent orgueilleusement la plaine. De la terrasse du château (157 mètres seulement au-dessus du niveau de la mer), on aperçoit trois royaumes, trente-deux places fortes et cent villes ou villages, sans compter les phares, la tour de Dunkerque et lamer du Nord dans son immensité. Par les temps clairs, on découvre la rade de Douvres et les clochers de Bruges. — « Ceci est possible, répondait à un fier Casselois un quidam originaire des Pyrénées, mais vous serez toujours du pays de Lilliput. Tenez! voire montagne et voire ville, à nous autres du Midi, fait reflet d’un morceau de sucre au milieu d’un plat! » — Nous aimons trop Cassel pour penser un seul instant que l’habitant des Pyrénées ait pu s’approcher de la vérité. N’est-ce pas trop déjà de reproduire celle calomnie ? Toujours est-il, qu’au milieu de ces plaines immenses, qui deviennent,à mesure qu’on approche de la mer du Nord et de la Belgique, plus tristes et plus monotones, Cassel et ses environs forment une véritable oasis, un coin de paradis. — Ce n’est pas seulement le panorama splendide que l’on découvre du plateau de Cassel. son air vivifiant et embaumé, ses souvenirs historiques et ses antiquités qui ont fait la réputation de la petite ville flamande, ce sont ses alentours, nids de verdure où il serait si bon de tout oublier; ces frais pâturages bordés de grands arbres, ces fermes riantes et ces jolis villages aux habitations de brique qui se détachent si heureusement sur le fond sombre de la verdure. — II y a surtout, en quittant à droite la station de Cassel, au pied du village d’Oxelaere, une certaine construction Louis XIII, nouvellement élevée, qui nous a paru un modèle d’élégance et de goût. Nous nous tromperions fort si dans ce beau parc où nous apercevons sur les pelouses s’agiter, au milieu de graves cigognes, un essaim de joyeux enfants, si dans cette habitation confortable où l’on distingue, penchées au balcon, des blanches silhouettes de jeunes femmes, le bonheur calme et vrai n’était venu se réfugier.


La Flandre française, les populations rurales

La Flandre française, les populations rurales
Auteur : Paul Descamps – fichier : epub

Télécharger

La Flandre française, les populations rurales
Auteur : Paul Descamps – fichier : pdf

Télécharger