L’abbé Gantois par Eric Vanneufville

Rubrique : Notes - Etiquettes : , ,

Eric Vanneufville vient de publier en ce début d’année 2020, un bref texte de 80 pages sur l’abbé Jean-Marie Gantois. Le lecteur ne doit pas s’attendre à des révélations ou à une réelle synthèse historique basée sur les connaissances acquises sur Gantois depuis plus de 50 ans. Il s’agit – écrit l’auteur – d’un « ouvrage d’un septuagénaire (…) qui n’écrit tardivement sur Gantois qu’au seul titre de l’exigeante nécessité de faire clairement connaître d’une façon réaliste, qui ne soit ni nostalgique, ni traumatisante, mais simplement pluraliste » (p. 82).

D’où un certain nombre de partis-pris comme celui de refuser de polémiquer, de juger, de refaire le procès, et de privilégier l’étude de l’homme, de ses idées et de son action au prisme des documents de l’époque (écrits, lettres, discours).

Ce choix honorable se heurte malheureusement à de nombreux écueils.

Ne pas prendre position
Le premier est celui du refus de prendre clairement position. L’utilisation de titres interrogatifs introduisant les différentes parties de l’étude (Mythe ou histoire ? p. 30, Gantois raciste ? p. 44, Ni à droite. Ni à gauche ? p. 46, Gantois Kollabo ? p. 56) en est l’illustration marquante.

Notons que cette absence de prise de position est toutefois relative.
A la question : Gantois était-il raciste ? Eric Vanneufville répond : « Nul ne serait l’affirmer (…) mais il est vrai que les propos à connotation raciste (…) peuvent fournir matière à examen, à charge (…). Écrivant sous un pseudonyme [A. Decleene], Gantois ne pouvait être considéré en place publique comme un prosélyte des thèses racistes. » Ouf, l’honneur de l’individu est sauf !
Le salut nazi effectué régulièrement par l’abbé Gantois : « quelques imprudences gestuelles » (p. 60). Le mot « errement » ou « perdu » est régulièrement choisi par Éric Vanneufville pour définir le comportement de Gantois. On le croirait presque victime de son époque !
Quant à la lettre envoyée par Gantois à Hitler, « cette lettre aussi fameuse que d’authenticité contestée » (p. 58), Eric Vanneufville préfère botter en touche et citer le point de vue – pourtant incontestable – d’Eric Defoort comme un simple élément de discussion.

Citer ses sources
On peut également regretter, de la part d’un auteur souhaitant s’appuyer son étude sur les sources écrites, l’absence de références bibliographiques précises en bas de page. Les citations des auteurs cités (Gantois sous ses différents pseudonymes, Lestoquoy, Dehaisnes, Verschaeve, Claerbout, Caquant, etc.) ne sont pas non plus sourcées ni datées.
Le lecteur regrettera également l’absence d’une bibliographie complète sur l’abbé Gantois et le Vlaamsch Verbond van Frankrijk qui lui aurait permis d’approfondir certains points et de prendre connaissance des travaux récents sur le sujet, notamment ceux de C.P. Ghillebaert.

Dans le fond
On retiendra néanmoins de cet essai, une analyse de la pensée de Gantois qui était basée sur l’appartenance d’une Flandre idéalisée à une germanité fantasmée , de la haine assumée de la France et du Sud, et d’un racisme, présent dès les années 20, fondé sur l’exaltation d’une race nordique. Cette radicalité – exprimée sous différents pseudonymes par l’abbé Gantois – s’accompagnait d’actions culturelles, de défense de la langue flamande et de la foi catholique, destinées à un plus large public.

On aurait aimé à la lecture de cet essai en savoir un peu plus sur la construction intellectuelle et idéologique de l’abbé Gantois, notamment sa formation au collège d’Hazebrouck et au séminaire de Lille, sur l’influence réelle ou non, sur cette construction intellectuelle, des mouvements régionalistes (France et Belgique) et nationalistes en plein expansion après 1920. Les relations de Gantois avec le Comité flamand de France auraient mérité quelques lignes. Celles avec les municipalités lors des congrès flamands, également. Quant à l’étude du procès de 1946, elle est trop brève et incomplète lorsqu’on connaît les travaux d’E. Dejonghe sur ce sujet.
On notera toutefois une analyse intéressante sur la perception du VVF par le mouvement et journal La Voix du Nord qui aurait mérité d’être développée.

En conclusion
La lecture du dernier livre d’Eric Vanneufville nous laisse un goût d’inachevé. Prisonnier de ses choix méthodologiques et peut-être idéologiques, il n’a su, malgré de louables intentions, faire connaitre au grand public la place réelle qu’occupe l’abbé Gantois dans l’histoire de la Flandre française.

Dans l’attente de la publication de la thèse de C.P. Ghillebaert, nous publions en complément de ce compte-rendu du livre d’Eric Vanneufville, une bibliographie commentée pour vous aider à approfondir vos connaissances sur ce sujet.

Lire également : Jean-Marie Gantois dans un rôle de victime par Michiel Nuyttens, Les Pays-Bas français

 

Une bibliographie sur l’abbé Gantois et le Vlaamsch Verbond van Frankrijk
Les travaux d’Étienne Dejonghe :
Spécialiste de la période de l’Occupation dans le Nord, Étienne Dejonghe a été le premier historien à s’intéresser aux agissements de l’abbé Gantois. L’article publié dans la revue d’histoire moderne et contemporaine en 1970 fait toujours autorité. Son étude du procès de 1946 est très détaillée et est complétée d’une chronologie et d’un état des sources disponibles sur l’abbé Gantois (archives, travaux universitaires).

– Dejonghe Etienne, « Un mouvement séparatiste dans le Nord et le Pas-de-Calais sous l’occupation (1940-1944) : le Vlaamsch Verbond van Frankrijk », in Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 17 N°1, Janvier-mars 1970. pp. 50-77. Lire l’article sur le site persee.fr
– Dejonghe Etienne, « Les délires d’un groupuscule séparatiste », in Le Nord-Pas de Calais dans la main allemande (1940-1944), La Voix du Nord, 2004, pp. 101-104.
– Dejonghe Etienne, « Le procès de l’abbé Gantois et du Vlaamsch Verbond von Frankrijk », in L’épuration en Belgique et dans la zone interdite (1944-1949), IRHIS – Université de Lille, 2016, pp. 233-271. Lire l’article sur le site books.openedition.org

Les travaux d’Eric Defoort :
Eric Defoort a été pendant de nombreuses années le bibliothécaire de l’Université de Courtrai dépositaire des archives de l’abbé Gantois à sa mort. Il a pu ainsi puisser dans ces sources de premier ordre (écrits et correspondances) pour mener à bien ses recherches. Son article publié dans la Revue du Nord est une démonstration magistrale de la véracité de la lettre de Gantois à Hitler.

– Defoort Eric, « Le testament spirituel de Jean-Marie Gantois (1904-1968) », in Annales des Pays-Bas français, 1976, pp. 203-225.
– Defoort Eric, « Jean-Marie Gantois dans le mouvement flamand en France (1919-1939) », in Régions et régionalisme en France du XVIIIe siècle à nos jours, PUF, 1977, pp. 327-336 et pp. 417-418.
– Defoort Eric, Une châtelaine flamande, Marie-Thérèse Le Boucq de Ternas (1873-1961), Les éditions du beffroi, 1985, 129 pages.
– Defoort Eric, « Aspects idéologiques d’une collaboration nationaliste, le cas de la collaboration flamingante », Colloque L’occupation en France et en Belgique, dans Revue du Nord, tome 2, 1988, pp. 515-522.
– Defoort Eric, « Une démarche flamingante auprès d’Hitler (1940-1941) », Colloque L’occupation en France et en Belgique, dans Revue du Nord, tome 2, 1988, pp. 605-614.

Les travaux de C.P. Ghillebaert :
Alors que Dejonghe et Defoort ont plutôt étudié le rôle et les actes de Gantois, Christian-Pierre Ghillebaert s’intéresse à la personnalité et aux idées politiques et racistes de l’abbé. On attend avec impatience une édition remaniée de sa thèse.

– Ghillebaert Christian-Pierre, Mysticisme et onirisme politique de l’abbé J.M. Gantois, Mémoire de maîtrise, Lille, 2001.
– Ghillebaert Christian-Pierre, « Connexité de l’invention de la civilisation thioise et de la transmission des traditions flamandes au cœur d’un projet identitaire à rebours », Communication aux Rencontres Interdisciplinaires de Doctorants « Traditions et transmission », EPHE, 19 mars 2005. Lire l’article sur le site hal.archives-ouvertes.fr
– Ghillebaert Christian-Pierre, L’abbé Jean-Marie Gantois, un prêtre égaré en politique. Étude d’un entrepreneur totalitaire, Thèse de doctorat en sciences politiques, Université Lille II, 2007. Consultable à la Bibliothèque G. Lefebvre

Biographie de Gantois :
De nombreux éléments biographiques sont connus par les travaux de trois historiens cités précédemment. Michiel Nuyttens en donne en deux pages une excellente synthèse.

– Nuyttens, Michiel, « Gantois, Jean-Marie (Waten 21 juli 1904 – Waten 28 mei 1968) », in Nieuwe encyclopedie van de Vlaamse beweging, p. 1231-1232. Lire l’article sur le site de la Nieuwe encyclopedie van de Vlaamse beweging

Gantois et le mouvement flamand :
Jean-Marie Gantois a occupé une place importante dans l’histoire du mouvement flamand au cours du 20e siècle. Les études de Baycroft et de Mihail permettent de replacer le personnage et ses idées dans le contexte des courants régionalistes et nationalistes apparus après 1920. Les écrits de Marc Castre et d’Olivier Engelaere nous éclairent sur l’histoire du mouvement flamand après 1945, période durant laquelle plane encore la présence de Gantois.

– Baycroft Timothy, Culture, identity and nationalism, French Flanders in the nineteenth and twentieth centuries, Royal history society, 2004, notamment le chapitre Local interest groups (pp. 158-167).
– Castre Marc, La Flandre au lion, séparatisme et régionalisme en Flandre française (1919-1977), 1977, 91 pages.
– Engelaere Olivier, Le mouvement flamand en France de la Libération au « renouveau » du début des années 1970, Mémoire de maîtrise, Université de Lille, 1989.
– Meyers Willem C.M., « Les collaborateurs flamands de France et leurs contacts avec les milieux flamingants belges », in Revue du Nord, tome 60, n°237, Avril-juin 1978. pp. 337-349. Lire l’article sur le site persee.fr
– Mihail Benoît, Une Flandre à la française, l’identité régionale à l’épreuve du modèle républicain, Labor, 2006, 429 pages.

Les relations entre Gantois et le Comité flamand de France :
– de Coussemaker, Solange. « Le Comité flamand de France (1853-1940), société savante ou mouvement régionaliste ? », Histoire, économie & société, vol. 31e année, no. 4, 2012, pp. 59-73. Lire l’article sur le site cairn.info
– Nuyttens Michel, Camille Looten (1855-1941), priester, wetenschapsman en Frans-Vlaams regionalist, 1978, 245 pages.

Consulté 56 fois, modifié le 18 juin 2020 - Imprimer cet article

Laisser un commentaire

Vous pouvez consulter les Règles concernant les commentaires & la Politique de confidentialité du site Westhoekpedia en cliquant ici.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *.