L’Union Faulconnier (1895-1935)

Rubrique : Articles - Etiquettes : , ,

Cette société savante a été fondée en avril 1895 par Emile Mancel. Elle faisait suite à un comité qui, l’année précédente et sous l’impulsion du maire Alfred Dumont, avait organisé les commémorations du tricentenaire de la bataille du Texel.

Elle prit le nom d’Union Faulconnier en souvenir du Grand Bailli et premier historien de Dunkerque Pierre Faulconnier.

Elle publia 33 volumes de 1898 à 1934, appelés Bulletin de l’Union Faulconnier.

On y trouve près de 500 articles principalement sur l’histoire de la ville et le port de Dunkerque.
On peut distinguer deux périodes de l’histoire de la société. La première, de 1895 au lendemain de la Grande Guerre, est celle des fondateurs (E. Mancel, H. Lemattre, E Bouchet, H. Durin, et l’Abbé Harrau). La seconde est celle des héritiers (L. Lemaire, Ch. De Warenghien, A. Lesmaries, les Dr Reumaux et Dewèvre, L. Moreel, L. Baron). Le docteur Louis Lemaire a été le principal animateur et contributeur du bulletin en écrivant plus de 40% des articles publiés pendant cette période.

L’histoire de cette société savante reste malheureusement à écrire.

En attendant, nous vous livrons la Table des articles parus dans le Bulletin de 1898 à 1934.

Télécharger

Consulter la revue en ligne sur Gallica.bnf.fr

3 commentaires sur “L’Union Faulconnier (1895-1935)”

  • Baudouin de Crombrugghe,  le 8 mars 2018

    Bonjour,
    J’ai relevé un certain nombre d’erreurs, de confusions, de report de manipulations ou de connivences avec des manipulations historiques dans les bulletins de l’Union Faulconnier.
    J’ai effectué des analyses génétiques prouvant très clairement que les véritables Ménapiens étaient celtiques (R-Z16340) et cousins éloignés des Bretons par le groupe de la Manche (R-S5668) et leur appartenance au groupe celtique atlantique R-L21.
    On y parle notamment de « parenté reculée avec les peuplades d’entre Rhin et Elbe »… 200% faux: Confusion avec les Saxons… Par contre, il est vrai que les Ménapiens ont été bien plus au Nord… mais très peu au-delà du Rhin où ils avaient constitué une flotte puissante essentiellement commerciale issue du savoir-faire (maîtrise de la construction en chêne livrable via le Rhin) celte ancestral du même type que celui des Veneti… avant qu’elle ne soit piratée par les Usipètes le long du Rhin et par les Saxons en mer du Nord.
    Personne n’a jamais pu établir rationnellement -et pour cause- l’origine germanique des Ménapes et le mythe du Ménapien germanique est essentiellement issu de fantasmes relayés.
    Par contre, il y a pu avoir une influence linguistique via le commerce le long du Rhin car les Ménapiens avaient besoin d’importer du bois de chêne pour leurs constructions navales.
    « Les Ménapiens avaient, comme les Nerviens, des attaches germaniques, à la seule différence qu’elles remontaient à des temps plus reculé; leur langue était déjà le Flamand,… » …
    400% faux: Relecture et histoire fantasmée par ceux qui perçoivent un intérêt à transformer les Ménapiens en Germaniques.
    On a d’ailleurs retrouvé des traces gauloises -certainement ménapiennes- à Nimègue le long de la rive gauche (Sud) Rhin et même à Utrecht sur la rive droite (Nord) du Rhin.
    Les langues originelles des anciens GAULOIS -donc celtes- qu’étaient les Ménapiens et les Nerviens autant que les Morins étaient des dialectes celtiques.
    Le Flamand s’est imposé progressivement avec les invasions germaniques (Usipètes, Saxons -dont des pirates Chauques sur les côtes du côté de Coxyde-, Tenctères, Saliens,…) d’après les guerres de Gaule sous César mais ce qui a véritablement popularisé le Flamand (ni la langue française ni anglaise n’existaient à l’époque), c’était l’invasion des Francs Saliens (germaniques) qui a été perçue comme une libération délivrant les Ménapiens -et d’autres anciennes tribus Belgæ- d’un demi-millénaire de domination romaine dans la région.

    « Au temps où la Gaule était libre, deux nations, les Morins et les Ménapiens, occupaient toute la bande du littoral qui a depuis constitué le Flandre septentrionale » … Sujet à caution.

    Avant César, la Gaule allait bien au-delà jusqu’au Rhin sinon avec quelle flotte les Ménapiens auraient-ils établis leur réseau de colonies et de comptoirs commerciaux (preuves génétiques + Ptolémée + épave trouvée à Londres + onomastique) aux îles britanniques et à Hibernia (Irlande)?
    Certaines sources indiquent même qu’avant l’arrivée des pirates Chauques, toute la zone côtière au Sud de la Honte (estuaire de l’Escaut) était dominée par les Morins et que les Ménapiens étaient plus au Nord. Les Éburons, plus continentaux, auraient quand-même disposé de la bande côtière comportant le Sud de la Zélande (Bergen-op-Zoom,…) et au Nord des Morins tandis que les Ménapiens d’avant César et la seconde transgression Dunkerquienne disposaient du territoire Rhénan/Mosan entre les Éburons et les Frisons/Saxons comportant les estuaires du Rhin et de la Meuse.
    «La Morinie resta l’extrémité du monde»… L’allusion est destinée la zone située entre Boulogne et Bruges, ce qui avalise l’idée que la Flandre côtière actuelle était en pays Morin.
    Cette Morinie originelle devint Ménapie et fut nommée plus tard «Pagus Mempiscus» puis plus tard encore «Flandre».

    «les Ménapiens (…) seraient les véritables responsables de l’invasion barbare en Flandre»…
    Il y a bien eu un mouvement de manipulations historiques qui a cherché à transformer ce qui était Morin en Ménapien et ce qui était Ménapien en germanique alors que ces deux peuplades étaient celtiques et très proches.
    L’inscription originale de Rimini «Salinatores civitatis Morinorum» a d’ailleurs aussi été transformée au fil des publications par remplacement du mot «Morinorum» par «Menapiorum».
    «l’appellation des Ménapiens indiquerait alors que, originairement, ils étaient déjà cantonnés dans une région caractérisée par son hydrographie . Il se peut, du reste, être ajouté que son origine celtique est d’autant plus douteuse que celle même des Morins est tout-à-fait discutable» …
    On croît rêver : Heureusement, il y a florilège de précautions oratoires et de conditionnel car cette assertion est imprécise, fausse, fantasmagorique basée sur les sables mouvants de l’onomastique par laquelle les historiens peuvent faire dire n’importe quoi tant certains substantifs peuvent se ressembler.

    • Westhoekpedia,  le 8 mars 2018

      Bonjour,
      Merci pour votre long, très long commentaire. Vous êtes à coup sûr passionné par l’histoire des Ménapes. Il nous sera difficile de répondre point par point aux objections et remarques que vous formulez. Nous publierons bientôt un article sur l’histoire ancienne de la Flandre maritime. Concernant les articles publiés dans les Bulletins de l’Union Faulconnier, ils datent de près d’un siècle et depuis nos connaissances ont évolué notamment par l’apport de l’archéologie. Il faut les lire avec le recul nécessaire sans y voir une manipulation historique.

  • Jean-Marc van Hille,  le 30 juillet 2020

    Très intéressant échange, mais qui nous laisse sur notre faim.
    Quand et où paraîtra votre article sur l’histoire ancienne de la Flandre maritime ?
    Merci.

Laisser un commentaire

Vous pouvez consulter les Règles concernant les commentaires & la Politique de confidentialité du site Westhoekpedia en cliquant ici.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *.