Armbouts-Cappel – L’ancienne église saint-Martin

Rubrique : Archives - Etiquettes : ,
Armbouts-Cappel - Ancienne Egkise Saint-Martin

L’ancienne église d’Armbouts-Cappel dédié à saint Martin, aujourd’hui disparue, fut détruite par les allemands le 15 septembre 1944 après avoir subi de graves dégâts en 1940.

Elle était caractéristique des églises flamandes à trois nefs du début du XVIIe siècle. Reconstruite en mai 1610 grâce à une taxe prise sur chaque tonneau de bière vendu, l’église a cependant conservé à la croisée du transept une tour carré romane du XIIe siècle soutenue par des contreforts et ornée de colonnettes sur ses façades. Cette tour, fragilisée par le temps, sera restaurée quelques années plus tard en 1699.

En décembre 1793, durant la Révolution, l’église fut fermée et servit de lieu de réunion ; ses biens et ses objets du culte confisqués. Il faut attendre l’année 1802 pour voir le culte catholique rétabli en son sein..

En 1876 , l’église fut agrandie de deux travées et demie en raison de l’accroissement du nombre des fidèles. Le docteur François Hilst, maire de la commune entre 1831 et 1879, fit un don de 3.000 francs pour contribuer à l’agrandissement de l’église qui coûta au final 12.000 francs. Cette dernière mesurait dorénavant 18.25 mètres de long et 13,10 mètres de large. En juillet 1888, le cœur est agrandi par le percement et l’ouverture de la tour du côté l’église ; le maitre-autel, datant du XVIIIe siècle, fut reculé et érigé sous le clocher même de la tour.

A l’intérieur, la chaire et les confessionnaux dataient de 1750 et étaient les œuvres de Daniel de Precht, charpentier et sculpteur demeurant au hameau du Grand-Millebrugghe.

A l’extérieur, un cimetière entourait l’église et juste devant, se dressait le monument aux morts de la Grande Guerre sur lequel était gravé les 36 noms des soldats d’Armbouts-Cappel tombés au combat.

Sources :

  • Bonduelle Jean, Les cahiers d’Armbouts-Cappel, T. I, Annales, Foyer culturel de l’Houtland, 1999, 245 pages.
  • de Coussemaker Ignace, « Réparation des églises de la Flandre maritime après les troubles religieux du 16e siècle », dans Annales du Comité Flamand de France, T.17, 1888, pp. 387-457.
  • Rajon L., « Armbouts-Cappel – Coin de Flandre », dans Le Beffroi de Flandre, n°22, avril 1922, pp. 20-24.
Armbouts-Cappel - Intérieur ancienne eglise

Val de Cassel – Le moulin de l’étendard

Rubrique : Archives - Etiquettes : ,
Cassel - Le loulin de l'étendard

Le moulin de l’étendard était situé dans le Val de Cassel dans les années 1920. Trop endommagé, son meunier, pour ne pas avoir à payer l’impôt foncier, lui retira ses ailes.

Rexpoëde – Le château du Groenhof

Rubrique : Archives - Etiquettes : ,
Rexpoede - Le chateau du Groenhof

Le château du Groenhof à Rexpoëde a été construit en 1777 par M. Mickiels, avocat au Parlement et échevin de Dunkerque.

Jean Louis Debuyser
Jean-Louis De Buyser

Jean-Louis De Buyser – ami d’Alphonse de Lamartine, qu’il recevra plusieurs fois dans cette propriété –, achète la maison, la ferme et quelques hectares pour y établir sa résidence d’été en 1810. On lui doit le jardin dessiné dans le style anglais de l’époque, que l’on connaît aujourd’hui.

En 1917, Le général Anthoine, commandant la première armée française y établit son quartier général. Les plus grands chefs d’État de l’Europe occidentale y sont reçus : le roi Georges V, le Prince de Galles, le général Pétain, le premier ministre britannique Lloyd George, Raymond Poincaré, Albert Ier, roi des Belges, etc.

Le château appartient jusqu’en 1965 à la famille Bouly de Lesdain, date à laquelle le diocèse de Lille en fait l’acquisition pour en faire un lieu de retraite spirituelle. En 1997, la communauté de communes de Flandre se porte acquéreur sur la base d’un projet touristique initié par la commune de Rexpoëde. De gros travaux sont engagés pour créer un hôtel-restaurant, mais le projet capote et ne verra jamais le jour. En 2008, le château est vendu à une américaine qui le rénove entièrement ainsi que les jardins.

Bollezeele – La gare

Rubrique : Archives - Etiquettes : ,
Bollezeele -  La gare

Cette œuvre est libre de restrictions de droits d’auteur connues

La gare de Bollezeele se trouvait au départ de la ligne de chemins de fer secondaire en direction de Bergues. Cette ligne était administrée par la Société Générale de Chemins de fer Économiques entre 1914 et 1951. Elle était longue de 19 km desservant les communes de Pitgam et Steene, l’écartement des voies était d’un mètre.

Bollezeele était également sur le parcours de la ligne de chemins de fer secondaire entre Esquelbecq et Saint-Momelin ouverte en 1912, longue de 20 km et qui fonctionna également jusqu’en 1851.

Pitgam – L’église

Rubrique : Archives - Etiquettes : ,

Bergues – Le beffroi

Rubrique : Archives - Etiquettes : ,

Bergues – Les tours de l’ancienne abbaye

Rubrique : Archives - Etiquettes : ,

Bourbourg – La gare

Rubrique : Archives - Etiquettes : , ,

Hondschoote – La douane

Rubrique : Archives - Etiquettes :

Inauguration du monument du Maréchal Foch à Cassel

Rubrique : Archives - Etiquettes : , ,
Cassel - Inauguration du monument du maréchal Foch

Cette œuvre est libre de restrictions de droits d’auteur connues

Photographie provenant du fonds de l’agence Meurisse.