La gare de La Motte au Bois

Rubrique : Archives - Etiquettes : ,
La gare de La Motte au Bois

La gare de La Motte au Bois est située sur le tronçon de la ligne Hazebrouck-Merville ouverte en septembre 1906.

Crée par M. Achille Dequeker (1851-1920), entrepreneur de travaux publics originaire d’Ebblinghem, longue de 14 km, cette ligne à voie normale a transporté des voyageurs jusqu’en 1928. Des arrêts avaient lieu aux lieux-dits Le Souverain, Sec-Bois, La Motte-au-Bois, Préavin, Caudescure, Le Sart et Basse-Boulogne.

Proche de la ligne de front, la voie fut fortement endommagée durant la Grande Guerre. La ligne est reprise en 1920 par la Compagnie générale de voies ferrées d’intérêt local qui gérait d’autres lignes dans la région dont celle d’Hazebrouck à Bergues.

A partir de 1928, la ligne servit uniquement au transport de marchandises agricoles (grains, légumes et pommes de terre). Elle cessa définitivement son activité en 1962.

L’ancienne gare, qui existe toujours de nos jours, a été transformée en habitation. L’halte de Caudescure est devenue une maison forestière (voir photos). Celle du lieu-dit Le Souverain, en très mauvais état, a été détruite il y a quelques années.

La gare de La Motte au BoisLa gare de La Motte au Bois pendant la Grande Guerre - Voitures de l'Etat-major anglaisLa gare de La Basse Boulogne sur la ligne Hazebrouck-MervilleCarte des chemins de fer en Flandre françaiseLa Gare de la Motte au Bois aujourd'huiLa Halte ferroviaire de Coudescure transformée en maison forestière

Petites maisons d’artisans à Bailleul vers 1925

Rubrique : Archives - Etiquettes : , ,
Maisons d'artisans rue de Lille à Bailleul

Exemple de maisons d’artisans construites au lendemain de la Première Guerre mondiale dans le style néo-flamand par l’architecte Jacques Barbotin, rue de Lille à Bailleul.

Jacques Barbotin était un architecte, né le 15 février 1886 à Roubaix et décédé le 30 novembre 1935 à Lille. Il est le fils de l’architecte Louis Joseph Barbotin (1852-1919). Il participe à la reconstruction de Bailleul à coté de Louis-Marie Cordonnier, René et Maurice Dupire et Louis Roussel. On lui doit la construction de plusieurs logements rue du Collège, la maison du gardien du cimetière et le monument aux morts.

Sources : Barbotin Jacques, L’habitation flamande, 1927, 112 pages

La gare de Winnezeele

Rubrique : Archives - Etiquettes : ,
Winnezeele - La gare

La gare de Winnezeele fut construite sur la ligne d’intérêt locale Hazebrouck-Bergues/Hondschoote par la Compagnie des chemins de fer des Flandres (CCF) en septembre 1894. Elle a été fermée en 1954 lors de la suppression de la ligne et est transformée en habitation.

Plan de la ville de Gravelines vers 1860

Rubrique : Archives - Etiquettes : , ,
Plan de la ville de Gravelines vers 1860

Cette carte est en haute résolution. Vous pouvez l’agrandir pour plus de précisions.

L’ancien Hôtel de Ville de Dunkerque

Rubrique : Archives - Etiquettes : , ,
Ancien hôtel de ville de Dunkerque

Victor Letellier, ancien sous-inspecteur des postes, qui s’est lancé dans le journaliste à Dunkerque en fondant le journal L’Indépendant, nous a laissé une description de cet ancien hôtel-de-ville détruit en 1896.

Visitons donc cette maison de tous, appelée par tous pays du nom de Maison ou Hôtel-de-Ville, quelquefois Mairie, et parfois encore Municipalité, nom que je ne trouve pas récréatif par les souvenirs qu’il éveille, tout inoffensif qu’il est par lui-même.

Dunkerque, avant cet affreux désastre de 1558, qu’il est impossible d’oublier, possédait déjà une belle Maison-de-Ville ; en 1562, un nouvel et fort bel édifice fut construit dans le même emplacement, lequel fut la proie des flammes en 1643 ; puis fut reconstruit une troisième fois en 1644, sur un plan plus élégant que les précédents : les dessins que Faulconnier et certains auteurs nous ont laissés de ce monument rappellent beaucoup celui qui existe encore aujourd’hui à Gand. J’ignore en quelle circonstance disparut cet édifice, mais ce qui est hors de doute, c’est que celui qui sert aujourd’hui de Maison-de-Ville, ne rappelle en rien la figure du précédent, de construction toute espagnole, tandis que ce dernier est simplement ou doit avoir été la demeure de quelque grand personnage. J’ai vu quelque part qu’une maison située dans la Grande rue, et appartenant aux héritiers d’un certain Lambert de Briarde, originaire de Dunkerque, lequel mourut en 1557, président du conseil souverain de Malines, fut achetée par la ville pour y loger le gouverneur ; ne serait-ce pas ce même hôtel Briarde, augmenté de la petite colonnade sur la place d’Armes, qui serait devenu et continuerait d’être la Maison-de-Ville.

Comme construction, rien de particulier; c’est un grand et considérable bâtiment, se développant sur la rue de l’Eglise, la place d’Armes et le marché aux Volailles, et communiquant même, par des passages souterrains, à quelque ruelle ou ruellette, comme on dit ici, à une rue qui joint la rue Faulconnier au marché aux Volailles.

Indépendamment de la Mairie avec toutes ses dépendances, ce bâtiment renferme encore le Bureau de la Garde nationale, la Caisse d’épargne, la Bibliothèque, la Police, les Archives de la ville et la vieille Prison, qui, vacante aujourd’hui, va être appropriée à l’établissement du Mont de Piété. Sous cette dernière partie du bâtiment est de plus un caveau à moitié obscur, humide et sans air, qu’on appelle Morgue. Heureusement cet établissement ne sert que fort rarement, car il serait de nature à nuire au voisinage, que ses exhalaisons fétides, incommoderaient inévitablement.

Visitons donc cette partie de l’édifice affectée à ce que nous appelons la Maison-de-Ville. C’est ici l’entrée principale de l’hôtel ; une façade avec petit fronton, ornée de quatre colonnes toutes simples, fait encoignure sur la place d’Armes, à la jonction des rues de l’Eglise, du Quai, du Collège et du marché aux Volailles, huit marches conduisent à une grande salle d’entrée de douze mètres de long sur six mètres de large, éclairée sur la place d’Armes et le marché aux Volailles. De cette salle ou vestibule on communique aux diverses dépendances ou annexes : à gauche, au bureau d’état-major de la garde nationale, à la caisse d’épargne, et, par un escalier, à la bibliothèque située au premier étage. La porte qui suit conduit au cabinet du maire, et la troisième à la salle des mariages qui est celle aussi du conseil ou des assemblées municipales. En face de l’entrée deux portes donnent accès :  la première au secrétariat, la deuxième au dépôt des archives.

Un buste en marbre, placé sur un très-simple piédestal, tient le milieu entre ces deux portes : c’est celui de Jean Bart, naguère sur la place de ce nom, devenue depuis place du Théâtre, du nom de cet édifice qui ne remonte pas à plus de six années. Cet ouvrage est du statuaire Lemot, et porte la date de l’année 1802. Le célèbre marin y est représenté un peu plus fort que nature ; il a la tête nue et les cheveux pendants à la Louis XIV ; on remarque une légère réparation au nez qui paraît avoir été endommagé par la gelée, lorsque ce buste ornait la place du Théâtre.

Au-dessus de ce buste sont appendues à la muraille les armes de la ville de Dunkerque, modelées en bois peint des diverses couleurs officielles…

En face du buste de Jean-Bart, auprès et à droite de la porte d’entrée est un buste de l’amiral Lhermite, et adossé au Marché aux Volailles; celui du général Guilleminot, célébrité si l’on veut.

Maintenant, en traversant la porte dernière, à gauche, nous aurons accès, par une petite antichambre, dans la fameuse salle du conseil et des mariages…

Ici, mon cher ami, les choses se font plus convenablement, plus décemment, et, à part l’homme qui peut bien aussi parfois ne pas trop relever de sa personne la fonction élevée dont on l’a honoré, mais qui toujours du moins conserve le costume du magistrat, la salle a par elle-même quelque chose de noble qui impose, une décoration qui flatte agréablement l’œil ; jugez-en vous-même ; je veux vous y introduire, comme moi vous serez frappé de la différence notable qui existe entre le lieu des conjungo dunkerquois et ceux de notre Paris. En vérité, le premier me semble fait pour prédisposer en faveur du lien qui se présente couleur de rose, tandis que les autres ne paraissent présenter que tristesse ou misère.

Une grande et belle salle, qui encore, notez le fait, ne sert pas, comme ailleurs, de passage à quelque bureau de garde nationale, de recensement ou de révision, vous étonne et vous impressionne au premier abord par le nombre et l’importance présumée des objets qui la garnissent. Au fond, une cheminée est surmontée d’une niche, aujourd’hui garnie d’un bronze-pendule, naguère sans doute de quelque buste royal,  et en avant une longue table couverte d’un fort beau tapis vert à franges. De beaux et bons fauteuils environnent cette table, où l’on comprend que viennent de temps à autres se discuter de hautes affaires, se traiter de graves intérêts; hélas ! Il faut bien le dire, très-petitement parfois ! Vous comprenez aussi que les jours à conjungo les mêmes sièges ont un autre public.

A droite de la cheminée sont élevés sur leurs socles deux plâtres ; le premier, assez bizarre, représente Jean-Bart, peu ressemblant et coiffé d’une façon de toque espagnole fort laide ; on y lit cette inscription: JEAN-BART, chef d’escadre, né à Dunkerque en 1650, mort en 1702. Son pendant tout auprès est JACQUES COLAERT, amiral, né à Dunkerque en 1583, mort en 1637.

 Entre ces deux plâtres, et au-dessus, est une belle ceinture encadrée du même Jean-Bart n’en représentant que le buste.

A gauche de la cheminée figurent deux autres plâtres ; l’un de MICHEL JACOBSEN, amiral-général, né à Dunkerque en 1598, mort en 1663 ; l’autre de MATHIEU ROMBOUT, vice-amiral, né à Dunkerque en 1586, tué dans un combat le 4 Juin 1641.

Une peinture appendue au-dessus de ces deux plâtres, représente FRANÇOIS-CORNIL BART, vice-amiral de France, né à Dunkerque, (je rétablis la date: le 16 Juin 1677), décédé le 22 Avril 1755, âgé de 78 ans. C’était le fils du grand Jean-Bart.

 A gauche de la porte d’entrée, on remarque un fort beau buste en marbre de Louis XIV, plus fort que nature, mais ainsi, ce me semble, que devrait toujours être le marbre d’un roi dont la grandeur est tellement supérieure à tous. C’est l’œuvre du statuaire Elshoecht fils, qui, en 1822, l’a dédiée à la ville de Dunkerque.

Un autre buste de marbre fait face à celui-ci ; l’air du visage fait supposer JEAN-BART, tous deux ont les honneurs d’un fort beau piédestal, colonnes en marbre. Au-dessus de la porte est encore une peinture qui me semble, par le ton et le plaqué, appartenir à l’école espagnole, c’est un portrait d’homme, en pied, que je ne doute pas être le portrait de Michel Jacobsen. Une semblable peinture en face, représente une femme que je suppose être cette Marie de Luxembourg, que je vous ai fait connaître dans l’histoire de Dunkerque dont elle était dame seigneuresse.

Du même côté est un assez beau portrait à l’huile et en pied du général Guilleminot, en uniforme et affublé de mille décorations. Cette peinture assez intéressante est l’œuvre du général Clauzel.

J’ai oublié de vous mentionner pour ordre et comme souvenir, deux fort beaux drapeaux ornant la droite et la gauche de la cheminée qui rappellent sans doute quelque cérémonie nationale ou locale à laquelle auraient été conviés certains Calaisiens. L’un, à droite, porte en lettres d’or cette inscription : A Jean-Bart les marins de Calais ; l’autre, à gauche : A Jean-Bart les sapeurs-pompiers de Calais.

Ce n’est pas tout encore, voici trois grands tableaux au fond de la même salle et un quatrième en retour près de la porte d’entrée. Me faut-il vous les expliquer ? J’ai peur d’errer, n’importe! je ne serai sans doute pas très-loin de la vérité.

Celui du milieu qui n’a pas moins de 4 mètres de large sur 2 mètres 80 centimètres environ de haut, est un tableau allégorique. La France, sous les traits de Minerve, tient sa main gauche appuyée sur l’épaule d’une jeune femme qui paraît personnifier Dunkerque ; sur le devant, à gauche, l’Histoire assise, tient une plume et des tablettes, prête à écrire les hauts faits de la ville que déjà la Renommée va publier au son de la trompette, tandis qu’en bas deux amours indiquent les voyages des navigateurs dunkerquois, ayant l’un le doigt sur un globe terrestre, l’autre le regard fixé sur un compas ou boussole. A droite de ce tableau est le Jugement de Cambyse, à gauche une troupe de silènes.

Le tableau en retour représente un assez grand nombre de personnages de grandeur à peu près mi-nature. C’est une distribution de prix ou la remise d’un prix à Un jeune homme que l’on voit, respectueusement penché, recevoir des mains d’un notable personnage une médaille tenue par un ruban. A part le mérite du tableau, il paraît en avoir un très-intéressant pour cette ville, en ce qu’il figure tous portraits du temps, parmi lesquels celui de Faulconnier, l’historien de cette ville, lequel, en qualité de bailli, remet la médaille au jeune lauréat, qui se trouve être précisément un nommé Pieters, bisaïeul ou trisaïeul du peintre dunkerquois actuel de ce même nom.

Voilà, mon cher ami, une salle des mariages digne d’être visitée et mentionnée, et j’ai voulu vous faire participer à mes jouissances.

Pour procéder par ordre, maintenant, il conviendrait, pendant que nous sommes dans ce bâtiment, de nous transporter sans plus de formalités à la bibliothèque de la ville, logée au premier étage… on y arrive par l’escalier qui se trouve à gauche dans la grande salle d’entrée ; elle occupe une seule grande pièce qui originairement a dû en faire deux et même trois. Le nombre des volumes qui la composent est de 7,000 environ ; malheureusement les ouvrages anciens, ceux surtout qui ont trait à la ville, sont en fort petit nombre, c’est au moins ce qui résulte des réponses à moi faites par le sous-bibliothécaire, fort peu empressé d’en faire les honneurs et de qui l’on doit arracher les paroles une à une… Ici, de plus, c’est un tort d’appeler notre bibliothèque publique, car elle l’est si peu que c’est l’exception. Figurez-vous cet établissement ouvert trois fois seulement dans la semaine, le Lundi, le Mercredi et le Vendredi, et cela pendant deux heures du soir seulement ; l’almanach dit bien de six à neuf heures, c’est-à-dire trois heures, mais l’almanach ment ou l’employé profite d’une heure. Il est vrai qu’il semble assez pressé de se rendre la liberté, s’il en faut juger par ses allées et ses venues, ses longs bâillements, ses incessants regards portés sur la pendule…

Une année à Dunkerque, par L-Victor Letellier, 1850.

Plan de la ville de Dunkerque en 1850

Rubrique : Archives - Etiquettes : , ,
Plan de la ville de Dunkerque vers 1850

Plan de la ville de Dunkerque établi par Noël Leblond et reproduit dans L’Histoire de Dunkerque de Victor Derode en 1852.

Cette carte est en haute résolution. Vous pouvez l’agrandir pour plus de précisions.

Sur ce plan, nous pouvons localiser les principaux monuments militaires : les magasins à poudre (5), la corderie (6) et les batiments de la Marine (7), le magasin du Génie (9), la caserne des douanes (15), l’hôpital militaire (23), l’Arsenal (28), les Casemates et le parc d’artillerie (29), la Caserne du Havre (30) et le Pavillon des Chefs (16).
On y trouve également les batiments publics : l’abattoir (1), la Tour et le Beffroi de la ville (20), l’hôpital civil (22), la Sous-Préfecture (26), la Prison (31), le tribunal de Commerce (36), le Collège (37), le Palais de Justice (38), l’Hôtel de Ville (39), le château d’eau (44) et le Phare (43).
Les monuments religieux : Les églises Saint-Jean-Baptiste (18) et Saint-Eloi (19), la Petite Chapelle (32).
Les monuments historiques : la Statue de Jean Bart (21) et le Leughenaer (34).
Les lieux de loisirs : la Salle de Concerts (13), le théâtre (24), le Belvédère (33) et le Parc de la Marine.
Enfin, entourant la ville, les fortifications et les nombreuses portes d’entrée : celle du Risban (45), de Mardyck (46), de Calais (47), de Bourbourg (48), de Lille (49), du Fort Louis (50), des Quatre Canaux (51), de Nieuport (52) et de l’Estran (53).

Outre le nom des rues et des places, ce plan indique les ruelles et les impasses où vivait notamment les habitants les plus pauvres de Dunkerque (n° 54 à 70).

Carte des environs de Bergues et de Dunkerque en 1710

Rubrique : Archives - Etiquettes : , , , ,
Carte des environs de Bergues et de Dunkerque en 1710

Détails d’une carte des environs de Dunkerque et de Bergues dressée en 1710 avec la mention des terrains inondables par les canaux de la Colme, de Bourbourg et d’Hondschoote, et par la mer lors de grandes marais. Et ceci dans une optique de défense militaire. On retrouve également l’indication des diverses fortifications sur le littoral et le long du canal de Bergues (fort Louis, fort François, les camps retranchés).

Cette carte a été dressée par Nicolas de Fer (1647-1720), géographe-cartographe de Louis XIV.

L’entrée du roi Louis XIV dans Dunkerque

Rubrique : Archives - Etiquettes : , , ,

Dunkerque avait été cédée aux Anglais en 1658 pour prix de leur alliance contre l’Espagne. Mais lorsque le roi Charles II retrouva son trône, il eut besoin de l’aide de la France. De plus, l’entretien de la ville et la construction de fortifications coûtaient très cher. Louis XIV put donc racheter Dunkerque pour la somme de 5 millions de livres, le 27 octobre 1662. Les Anglais quittèrent Dunkerque le 29 novembre et Louis XIV y fit son entrée le 2 décembre. Sur cette oeuvre de Frans Van der Meulen (1632-1690) on voit dans le fond la ville et le port de Dunkerque, aux aménagements encore sommaires. On remarque notamment des bâteaux en construction.

La chapelle Notre-Dame des Dunes à Dunkerque

Rubrique : Archives - Etiquettes : , , ,

Illustration d’Adrien Karl issue des fascicules France-Album publiés en 1892.

Flêtre – Le château de Wignacourt

Rubrique : Archives - Etiquettes : ,

Illustration d’Adrien Karl issue des fascicules France-Album publiés en 1892.