Ignace Plichon (1814-1888)

Rubrique : Articles - Etiquettes : , ,

Le saint-simonien
Ignace Plichon est né à Bailleul en 1814. Son père était un fabricant de savon. Après des études secondaires au collège des jésuites de Saint Acheul, il suivit des études à la faculté de droit de Paris. C’est dans cette ville qu’il se passionna pour les idées saint-simonistes, devenant un fidèle adepte du panthéisme enfantinien sans toutefois verser dans le mysticisme. Le père Enfantin l’appelait son « cher manchot » (Ignace Plichon avait en effet perdu un bras à la suite d’un accident de chasse.) Revenu à Bailleul à la fin de ses études, il convertit son frère aîné qui à son tour fit tous ses efforts pour répandre autour de lui la nouvelle religion, au scandale du clergé de Bailleul.
Lire la suite…

Bailleul dans la Grande Guerre (1914-1918)

A la veille du premier conflit mondial, Bailleul est une paisible cité de 13.000 habitants entourée d’houblonnières et de grasses prairies. Les vieilles familles terriennes de la région y demeurent en son centre. L’industrie drapière et de dentelles occupe une grande partie de la population ouvrière vivant dans des courées insalubres à la périphérie de la ville.

Quatre ans plus tard, au sortir de la guerre, la ville aura été détruite à 98% et sa population réduite à 6.000 âmes.
Lire la suite…

Histoire des Juifs en Flandre française

Rubrique : Articles - Etiquettes : ,

Nous ne savons peu de choses sur la présence des Juifs dans le Westhoek avant la Révolution. Georges Callois indique que « quelques familles israélites vinrent se fixer à Dunkerque sous le règne de Louis XV » sans citer de sources. les comptes de la ville de Dunkerque révèlent la présence de jeunes juifs qui se convertissent en 1734 et 1739 et d’un juif de Londres empruntant une somme à l’un de ses coreligionnaires, marchand à Dunkerque. On peut penser que des Juifs, principalement des colporteurs originaires majoritairement d’Alsace et de Lorraine, circulaient à travers le plat pays sans toutefois s’y fixer. Un mémoire rédigé en 1782 à Saint Omer fait état d’un juif venant de Metz et se dirigeant vers Dunkerque. Le cahier de doléances de Caestre demandait « que dorénavant soit défendu aux Juifs de courir (les campagnes) et vendre partout d’étoffes. »
Lire la suite…

François Joseph Bouchette (1735-1810)

Rubrique : Articles - Etiquettes : , ,

François Joseph naît à Winnezeele le 25 août 1735. Il est le fils aîné de Jacques Joseph Bouchette, avocat à Steenwoorde et bailli de la seigneurie de Winnezeele et de Jeanne Angélique Outters. Il eut 4 frères et sœurs dont 2 moururent en bas age.

Le père décède en juillet 1744 et peu de temps après la famille Bouchette s’installe à Bergues. François Joseph y fit ses études au collège de Cupere dirigé par les jésuites puis à Douai en 1757 où il étudia le droit. En avril 1760, il prêta le serment d’avocat devant le Parlement de Douai.

Il s’installa à Bergues, siège du Magistrat et de la Châtellenie, et s’assura une clientèle tant au civil qu’à l’ecclésiastique. Sa notoriété et ses capacités en droit lui permirent d’être nommé échevin de la seigneurie de Moerlandt en janvier 1767.
Lire la suite…

Toponymie de la Flandre française

Rubrique : Articles - Etiquettes :

La toponymie est la science qui étudie les noms de lieux (toponymes). Elle se propose de rechercher leur signification, leur étymologie, mais aussi leurs transformations au fil des siècles.

« Grâce à la toponymie, c’est toute une partie de l’histoire qui ressuscite, c’est un personnage qui sort des ombres, un élément du paysage qui reprend sa place d’autrefois. » (D. Poulet, noms de lieux du Nord Pas de Calais, éditions Bonneton, 1997).

Etudier la toponymie de la Flandre française, c’est découvrir comment et à quel moment des hommes se sont appropriés leurs espaces en les nommant. C’est parcourir géographiquement notre contrée tout en remontant le temps à la rencontre de nos ancêtres.
Lire la suite…